Alice à l’Halloween, laboratoire de contes (2015-2016)

Laboratoire audio-visuel de contes : performance, numérique, technologique, narration hybride…

Présentation

Alice à l'HalloweenAlice à l’Halloween rassemble sept histoires inspirées de sept photographies de rues et de sept contes traditionnels. C’est, du même coup, sept récits contemporains qui font écho à des conditions humaines universelles.

Alice à l’Halloween est aussi l’histoire d’Alice, une jeune femme qui, un soir d’Halloween dans un bar montréalais, se souvient de son passé refoulé en se regardant dans un miroir, se rappelle de ce soir d’Halloween effroyable où un Lapin bleu entra dans sa chambre d’enfant, alors qu’elle lisait un livre de contes merveilleux. Dès lors, la frontière entre réalité et fiction s’estompe et les personnages féériques s’incarnent dans son délire.

Alice à l’Halloween n’est pas un spectacle conventionnel de contes bien portants, mais un laboratoire d’explorations audiovisuelles dans lequel André Lemelin inventorie des pistes de création pour développer de nouvelles formes narratives hybrides. (Photo © Guy Labissonniere 2015)


Postulat : Adorno affirme que « La forme esthétique est du contenu sédimenté » et utilise sa thèse pour témoigner des oeuvres artistiques. De mon côté, je détourne son assertion et m’appuie sur son paradoxe pour actualiser ma pratique de conteur oral ; ainsi, par-dessus le contenu, je tente d’excéder la forme traditionnelle.

Contexte : tout au long des contes, je pose – sur un livre illustré par un projecteur sur un mur – des silhouettes illustrant schématiquement les personnages principaux des contes, silhouettes qui seront retirées en fin de spectacle et collées sur mes vêtements pour les tapisser et exemplifier l’inconscient dépêtré d’Alice, devenue jeune femme.

Crédits + Diffusions

Crédits

Créateur et conteur : André Lemelin
Mise en espace : Denis Bigras et André Lemelin
Production : Territoire 9
16 ans et +

Remerciements : Quadrature du conte, Planète rebelle, FICQ, Regroupement du conte du Québec, FCLAT pour le film de Sarah Gélineau Paradis et Jules Boissière réalisé dans le cadre du Ciné-conte, D.Kimm, Alexis O’Hara, Stanley Péan, Sylvi Belleau.

André Lemelin a bénéficié d’une bourse de création du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada pour lui permettre de réaliser le laboratoire de contes Alice à L’Halloween.

Diffusions

  • 30 septembre 2016, Vieux Théâtre de Saint-Fabien, Saint-Fabien, Festival de contes et récits de la francophonie de Trois-Pistoles.
  • 28 septembre 2016, Agence Topo, Montréal.
  • 21 octobre 2105, Agence Topo, Montréal, Festival interculturel du conte du Québec.
  • 22 août 2015, Centre d’exposition de Val-David, Val-David, Festival des contes maltés.

Médias

Photographies

Photo © Guy Labissonniere 2015

Vidéos

Alice à l’Halloween – Extrait 360° – Le Petit Poucet (Agence Topo, 2016).
Filmé avec la caméra 360 RICOH THETA S.

*** Pour regarder des vidéos à 360 degrés, vous devez disposer de la dernière version du navigateur Chrome, Opera, Firefox ou Internet Explorer sur votre ordinateur. Sur appareil mobile, utilisez la dernière version de l’application YouTube pour Android ou iOS.

Alice à l’Halloween – Trois Petits Cochons. Extrait filmé au Vieux-Théâtre de Saint-Fabien, Festival de contes et récits de Trois-Pistoles, 2016


Alice à l’Halloween – Le Petit Chaperon Rouge. Extrait filmé au Vieux-Théâtre de Saint-Fabien, Festival de contes et récits de Trois-Pistoles, 2016.


Alice à l’Halloween – Trois Petits Cochons. Extrait filmé par Claude Hamel, 21 octobre 2105, Agence Topo, Montréal, Festival interculturel du conte du Québec.


Alice à l’Halloween – Le Petit Chaperon Rouge. Extrait filmé par Claude Hamel, 21 octobre 2105, Agence Topo, Montréal, Festival interculturel du conte du Québec.

Les 7 contes…

1.

1/7. Hansel et Gretel. Deux jeunes Inuits sont déposés dans un avion dans le Nord vers la grande ville/sorcière qui les accueille, les réduit à la pauvreté et se repaît de leur mort. (Durée : 5:53)

»» À l’instar de la littérature postmoderne, j’utilise le pastiche d’une recette culinaire pour narrer l’avilissement de deux jeunes Inuits perdus dans Montréal. La recette est préenregistrée (voix de Stanley Péan ou David Marin, selon la version) et déclenchée avec le logiciel Pure Data qui combine la trame sonore et génère les images en diaporama. La réplique du jeune Inuit au micro est filtrée avec le processeur vocal Boss E-5. Utilisation des silhouettes.

2.

2/7. La Petite Sirène. Une jeune femme amoureuse cède un rein pour un objet magique lui permettant de vaincre son agoraphobie et partir à la recherche d’un livreur de pizza. (Le conte dans le conte est une interprétation libre du conte Inuit L’Ours blanc.) (Durée : 10:35)

»» Les soliloques entre la Vieille femme aux cheveux noirs et la Voisine (voix de Sylvi Belleau) sont lancés avec l’App iMaschine sur iPad.

3.

3/7. Le Petit Poucet. Un homme a un dédoublement de personnalité et se transforme en Ogre. L’homme et l’Ogre ont les mêmes enfants. L’un veut les protéger, l’autre les manger. (Durée : 7:41)

»» Utilisation d’une trame sonore mp3 et d’un micro filtré avec le processeur vocal Boss E-5. Utilisation des silhouettes.

4.

4/7. Trois Petits Cochons. Trois petits vieux mettent des pilules bleues dans le ragoût d’une infirmière pour l’abuser. L’un survit dans la honte et la femme devient muette et sorcière. (Durée : 5:01)

»» Projection audio-visuelle déclenchée et modulée à l’aide d’une console DJ Hero reliée par Bluetooth au MacBookAir et programmée avec le logiciel Pure Data. La boucle sonore est réalisée avec le processeur vocal Boss E-5.

5.

5/7. Le Petit Chaperon Rouge. Une fille reconduit sa mère au centre d’accueil pour retrouver la grand-mère. La mère et la grand-mère souffrent de la maladie d’Alzheimer pendant que la fille revêt un masque de loup. (Durée : 4:36)

»» Image captée par la caméra du MacBookAir et projetée sur écran en vidéo-mapping avec le logiciel de VideoProjectionTool VPT 7 ; les séquences audio-visuelles sont déclenchées par le conteur avec le logiciel de programmation Pure Data.

6.

6/7. Riquet la Houppe. Un homme laid rencontre une belle femme et ils s’échangent de la beauté et de l’intelligence dans un motel lubrique à Laval. (Durée : 8:26)

»» Utilisation du projecteur pour la vidéo, utilisation du micro et captation vidéo avec Facebook Direct.

7.

7/7. Alice au Pays des Merveilles. Une fillette est abusée par un grand Lapin bleu qui entre dans sa chambre. Devenue jeune femme, elle se rappelle son enfance brisée en se voyant dans le miroir d’un bar un soir d’Halloween, son reflet étant celui d’une sorcière. (Durée : 6:45)

»» Racontage 1. / Démarrage des citations sonores empruntées à différents conteurs et détournées par leur simple utilisation contextuelle relativement aux contes du laboratoire. / Application sur le corps des silhouettes. / Racontage 2. / Installation du masque du Lapin et utilisation d’un magnétophone dans le noir.

Captation vidéo : Kaméléon Productions / François Forget / facebook.com/prodkam/
Spectacle présenté à TOPO le 28 octobre 2016 / facebook.com/AgenceTOPO